[Total : 10    Moyenne : 4/5]

Le genre Annona est l’un des plus riches en espèces avec 118 espèces connues dont 108 originaires d’Amérique tropicale et 10 d’Afrique tropicale et de Madagascar. Ses caractéristiques botaniques sont homogènes ; les fruits sont pseudosyncarpiques charnus, permettant de les classer dans la sous famille des Annonoïdeae.

Ce genre est connu en raison de ses espèces cultivées pour leurs fruits : A. squamosa, A. muricata, A. cherimolia, A. montana, A. atemoya. Compte tenu de leur importance en médecine traditionnelle et de leur consommation, deux espèces ont été étudiées au
cours de ma thèse : A. muricata et A. cherimolia.
Figure 16 : Répartition du genre Annona
53Chapitre 1 : Généralités sur les Annonaceae et les espèces étudiées
2.1 Annona muricata L.
2.1.1 Classification, distribution et description botanique
Classification (Fries 1959)
Famille : Annonaceae
Sous famille : Annoïdeae
Tribu : Unoneae
Sous-tribu : Annonideae
Genre : Annona
Espèce : Annona muricata L.
Distribution
Annona muricata L. (corossolier) est originaire du Nord de l’Amérique du Sud. Après l’arrivée des Espagnols en Amérique centrale, l’espèce a été disséminée à travers les tropiques. Aujourd’hui, le corossolier est très répandu, en zone subtropicale en Amérique du Nord, centrale et du Sud, au niveau des plaines africaines (Cameroun, Kenya, Gabon, Nigeria, Sénégal…), les îles du Pacifique et dans le Sud-Est asiatique.
Noms vernaculaires
Dans les pays francophones, A. muricata porte le nom de corossolier et est parfois appelé par le nom de son fruit : le corossol. Par ailleurs, le fruit est désigné par de nombreux noms comme cachéimentier, corossol épineux, cachiman épineux, grand corossol, sapotille… Au vu de sa distribution étendue au niveau mondial, différents noms sont utilisés dans de nombreux pays pour définir l’arbre ou son fruit : soursop, prickly custard en anglais ; Guanabano, Guanabana en espagnol; ou Graviola en portugais.
Généralités sur les Annonaceae et les espèces étudiées

Le plant et le fruit de graviola corossol bio

Le plant et le fruit de graviola corossol bio

Description botanique
Annona muricata est un arbuste persistant de 3 à 9 m de haut. Ses feuilles, oblongues à ovales, mesurent de 6 à 20 cm de long et de 2 à 6 cm de large, à la base arrondie à cunéiformes. Celles-ci sont alternes, épaisses,
luisantes sur la face supérieure, glabres, plus ou moins acuminées. L’apex est aigu à obtus. Elles
sont courtement pétiolées.
Les fleurs, solitaires, d’un diamètre d’environ 4 cm, peuvent apparaître partout sur le tronc ou les branches. Elles sont de couleur jaunâtre, avec des sépales pétaloïdes charnus, les 3 pétales internes étant plus petits que les 3
pétales externes.
Le fruit est pseudosyncarpique, ovoïde ou réniforme. D’une longueur de 15 à 20 cm, voire 30 cm, et d’une largeur pouvant atteindre 15 cm, sa masse varie de 0,7 à 2 ou 3 kg selon les variétés. La peau, tendre, au goût amer, est hérissée d’épines souples. Sa couleur varie du vert sombre pour le fruit immature au jaune vert à maturité.
Le fruit peut se séparer en carpelles et l’endocarpe, blanc crème, a un aspect granuleux.
Dans chaque carpelle fertile on trouve une graine noire ovale, aplatie, dure et lisse, mesurant de 1 à 2 cm de long. Un gros fruit peut contenir de quelques dizaines à 200 graines.
Utilisation alimentaire, en médecine traditionnelle et en phytothérapie
Culture et utilisation alimentaire
Le Mexique est le principal fournisseur en corossol des États-Unis, suivi de la Colombie et de
l’Équateur. En Asie du Sud-Est, comme au Viêtnam la culture s’est largement développée.
Néanmoins, ce fruit n’est pas la culture prioritaire de ces pays. En effet, la production et la vente de fruits ou de graines plus communs comme la goyave, la mangue ou la noix de cajou sont plus importantes. Le fruit est ainsi considéré comme une culture mineure (minor crop.) pour la FAO (Food and Agriculture Organization). On remarquera la culture du fruit dans les Antilles française, en Nouvelle Calédonie, et dans une moindre mesure à la Réunion.
Dans les pays producteurs le corossol peut être mangé en l’état, pressé ou préparé en milk- shake ou en glace. Il est parfois cuit comme un légume, frit, grillé ou cuisiné en soupe comme en Indonésie. Les fruits étant fragiles, leur exportation est limitée. Cependant, on observe une mondialisation de la vente de ce fruit sur les étalages du monde entier comme à Paris par exemple.
En Amérique du sud, des boissons, des nectars, des glaces produits industriellement sont
commercialisés et exportés.
D’autres produits dérivés moins communs, comme des extraits destinés à l’aromatisation de gâteaux, sont vendus en Afrique de l’Ouest et dans les Antilles, ainsi que du vin ou des liqueurs obtenus par fermentation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*