[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Le corossolier (Annona muricata) est un petit arbre de la famille des Annonacées qui mesure moins de 7 mètres de haut qui pousse dans les forêts tropicales d’Afrique, d’Amérique du Sud, et d’Asie du Sud-est. Les français qui vivent aux Antilles, dans l’Océan Indien ou dans les îles du pacifiques connaissent très bien son fruit délicieux: le corossol.

Que sait-on de ses vertus thérapeutiques ? Le corossol ainsi que les autres parties du corossolier peuvent-ils être employés en médecine douce ? Si oui, quels sont les bienfaits connus de cet arbre fruitier ? Quelles pathologies ou maladies guérit-il ?

Comment l’utilise-t-on dans la médecine traditionnelle à travers les 4 continents ? Qu’ont permit de découvrir certaines études scientifiques récentes ? Quels sont les dangers associés à la prise de compléments alimentaires à base d’extraits de corossolier ?

Corossolier et Corossol – Description botanique brève

Le corossol est un grand fruit ovoïde de couleur verte qui peut mesurer jusqu’à 30 cm de long. Recouvert de petites épines souples, ce fruit offre une chair comestible blanche, fibreuse et pulpeuse contenant des graines noires aplaties indigestes.

Le corossol, appelé dans certains pays: cachiment, graviola, sapotille, anone, soursop (anglais), ou guanábana (espagnol), est un fruit exotique très apprécié pour sa saveur agréable et légèrement acide qu’on utilise dans la fabrication de boissons, de glaces, de tartes ou de confitures.

Les fleurs du graviola corossol ont 6 pétales vert jaunâtre. Les feuilles quant à elles, sont lisses, brillantes et oblongues, mesurant de 7 à 20 centimètres de longueur.

Les feuilles de graviola corossol un anticancer naturel puissant

Les feuilles de graviola corossol un anticancer naturel puissant

Corossol graviola – Valeurs Nutritives pour 100 grammes de Fruit

100 grammes de graviola corossol renferme les quantités de nutriments suivants :

► 1 g de protéines, 17 g de glucides, 0.3 g de lipides et 81 g d’eau.

Les quantités des vitamines renfermées dans 100 g de fruit sont les suivants :

► 20,6 mg de vitamine C, 0,07 mg de vitamine B1, 0,05 mg de vitamine B2, 0,9 mg de vitamine B3, 0,253 mg de vitamine B5, 0,059 mg de vitamine B6 et 2 UI de Provitamine A.

Voici les valeurs nutritives concernant les minéraux contenus dans le graviola corossol:

► 278 mg de potassium, 27 mg de phosphore, 21 mg de magnésium, 14 mg de calcium, de 14 mg de sodium et 0,6 mg de cuivre.

Il y a 66 Kcal dans 100 grammes de chair de corossol.

Les Principes Actifs du Corossolier – Écorce, Feuilles, Fruit et Graines

Des études ont mis en évidence la présence dans le corossolier des composés phytochimiques suivants: tanins, stéroïdes, alcaloïdes, composés phénoliques, saponosides, terpénoïdes, flavonoïdes, glycosides cardiaques.

Parmi les alcaloïdes découverts, il y a la coreximine (stimulant respiratoire et anti-hypertensif), la stépharine (propriétés sédative), l’athérospermine, la réticuline (aux vertus antibactériennes, analgésiques et spasmolytiques), l’anomurine, l’annomuricine et la coclaurine.

• Un extrait alcoolique de feuilles de corossolier, distillée, a donné une petite quantité d’huile essentielle avec une forte odeur peu agréable.

• Ce même extrait distillé a permit de découvrir une résine de couleur vert foncé contenant: de l’alcool de myricyle, du sitostérol, des acides gras (oléique, linoléique, stéarique, et lignocérique), de l’anonol et un alcool diphydrique.

• La chair du graviola corossol est riche en saccharose> (2,53 %), en dextrose (5,05 %) et en levulose (0,04 %).

• L’écorce du graviola corossolier renferme un alcaloïde amorphe, jugée toxique, provoquant des convulsions de type tétaniques lorsqu’il est injecté à des souris.

• Les graine contiennent un alcaloïde non toxique.

• Le fruit est une excellente source de fructose et de vitamines B (B1 et B2) et C>.

• Des études récentes ont permit d’isoler trois acétogénines : l’Annonacine, l’Annonacine-A et l’annomuricine-A.

• L’écorce du tronc renferme une acétogénine (solamine) et deux triterpénoïdes (stigmastérol et sitostérol).

Les propriétés du corossolier et du corossol

Voici une longue liste des propriétés thérapeutiques attribuées à toutes les parties de l’arbre fruitier corossolier: antibactérien, anticancéreux, anticonvulsif, antidépressif, anti-diarrhéique, anti-dysenterie, anti-inflammatoire, antifongique, antinéoplasique, antiparasitaire (vermifuge), antispasmodique, anti-tumorale, antiviral, astringent, carminatif, dépuratif sanguin, fébrifuge, hypotenseur, insecticide, sédatif, sudorifique et vasodilatateur.

Les vertus thérapeutiques du corossolier – Médecine Traditionnelle

Usages médico-traditionnels des différentes parties du corossolier :

• Les fruits immatures sont utilisés pour soigner la dysenterie et la diarrhée (propriétés astringentes).

• Le jus de fruits de graviola corossol mûrs est utilisé comme diurétique pour traiter une hématurie ou une urétrite.

• Le fruit mûr riche en vitamine C est un excellent antiscorbutique.

• La chair du graviola corossol est utilisée comme cataplasme pour retirer les aoûtats (acariens).

• Les fleurs du corossolier sont utilisées pour soigner le catarrhe (inflammation aiguë ou chronique des muqueuses avec hypersécrétion).

• Les fleurs sont antispasmodiques.

• L’infusé de feuilles de corossolier est sudorifique, antispasmodique et émétique (vomitif).

• La décoction de feuilles permet d’élaborer un remède sous forme de compresses capable de soulager une inflammation (par exemple les pieds enflés).

• Dans certaines cultures, les feuilles sont des parties de l’arbre utilisées pour leur action tranquillisante grâce aux vertus sédatives que ce végétal posséderait.

• La sève des jeunes feuilles est considérée bénéfique pour soigner l’eczéma et les éruptions cutanées. Traditionnellement, on applique un cataplasme de feuilles écrasées de corossolier sur les zones de la peau affectées par ce type de pathologie.

• La décoction des feuilles de corossolier et l’emploi des graines pulvérisées sont des remèdes maison et naturels utilisés pour lutter contre les poux et les punaises.

• Au Pérou, dans l’Amazonie, l’écorce, les racines et les feuilles de cet arbre fruitier sont employées pour traiter des pathologies telles que le diabète, l’insomnie et les manifestations inflammatoires.

• Au brésil, dans la forêt amazonienne, l’huile extraite des feuilles et des fruits non mûrs est mélangée avec de l’huile d’olive pour en faire un remède qui soulage les douleurs de l’arthrite, les rhumatismes et les symptômes névralgiques.

• Dans la médecine traditionnelle indonésienne, on utilise le corossolier comme remède aux vertus anti-inflammatoires et anti-tumorales.

• Aux Antilles, le corossolier est utilisé comme vermifuge.

Les bienfaits thérapeutiques du corossolier – Études scientifiques

Les études réalisées sur les animaux par plusieurs chercheurs ont montré que l’écorce et les feuilles du corossolier ont une action hypotensive, antispasmodique, cardiodépressive, anticonvulsivante et vasodilatatrice.

De nombreuses études réalisées depuis plusieurs années indiquent que les feuilles, l’écorce, les racines et les extraits de graines ont des propriétés antibactériennes in vitro qui agissent contre une série d’agents pathogènes.

En outre, l’écorce de l’Annona muricata L. a des propriétés antifongiques. En 1990 et 1993, deux études qui montre que Annona muricata L. est actif contre le paludisme (malaria) ont été menées. Une étude conduite en 1997 a mis en évidence quelques nouveaux alcaloïdes dans le fruit avec des effets antidépresseurs chez les animaux.

En 1976, un programme d’investigation en phytothérapie, mené par l’Institut national du cancer des États-Unis, a découvert que les feuilles et les tiges du corossolier renferment des agents cytotoxiques capables de détruire les cellules cancéreuses.

Trois groupes de chercheurs indépendants ont réussi à isoler séparément ces composés. Ces composés exercent bel et bien une toxicité sélective contre plusieurs types de cellules cancéreuses, sans endommager les cellules saines.

Ces découvertes ont été publiées dans huit études cliniques différentes. Plusieurs acétogénines ont montré une toxicité sélective contre les cellules tumorales à très faibles doses, aussi bas que 1 ppm (parties par million). En 1998, quatre études ont été publiées sur l’action des acétogénines sur le cancer du poumon, le cancer du sein, le cancer du pancréas, le cancer du foie, l’adénocarcinome prostatique, l’adénocarcinome du côlon, l’adénocarcinome du sein.

• Une étude d’un extrait aqueux des feuilles de corossolier a montré ses bienfaits thérapeutiques sur le tissu pancréatique soumis à un stress oxydatif induit. Sous l’action de l’extrait de plante, une régénération des îlots pancréatiques chez le rat a été observé, ainsi qu’une action hypoglycémique qui reste très intéressante pour traiter le diabète. On a noté une réduction significative du cholestérol total, LDL et VLDL et une augmentation significative du taux de HDL et de l’indice anti-athérogène.

• Le corossolier peut avoir une activité antidépressive en raison de sa capacité à stimuler les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau.

• Un extrait de feuilles de corossolier exerce une action bactéricide sur un large spectre de bactéries (B. subtilis, Staph aureus, K. pneumonie, P. vulgaris, etc.) responsables de maladies bactériennes courantes comme la pneumonie, la diarrhée, les infections urinaires et les infections de la peau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*